Histoire d'Internet














 

Paul_Baran
Paul Baran, sous son meilleur profil
 

 

   
La face cachée d'Internet
   
  1962-1974 : pionniers d'hier
   
  1962
   
  Ce matin là, John F Kennedy règne sur la Maison Blanche et Marilyn Monroe sur le cœur du Président.

A Washington, Edgar J. Hoover enseigne la déontologie aux jeunes recrues du FBI.
A Chicago, Jimmy Hoffa expose le pragmatisme aux aspirants syndicalistes.
Et en Alabama, Martin Luther King explique les droits civiques aux fermiers blancs.

Mais des steppes ouraliennes aux salles de presse new-yorkaises, états voyous et plumitifs sans foi ni loi menacent ce bonheur sans tâche.

A tout moment, les bombes atomiques soviétiques peuvent submerger l'Amérique et les journaux s'orner des photos du dernier week-end présidentiel en Californie.

Heureusement des hommes veillent.

Dans les laboratoires secrets du Pentagone, on a réuni quelques uns des meilleurs scientifiques américains sous la conduite de Paul Baran.

Leur cahier des charges est des plus simples :

 

Objectif 1 : Créer un système de communication décentralisé pour l'armée américaine.

Objectif 2 : Ce système doit permettre à deux militaires de s'échanger leurs numéros de téléphone même en cas de destruction l'ensemble des réseaux de communication par des ogives atomiques soviétiques.

Objectif 3 : Et éventuellement, si la technologie le permet, il peut autoriser le transit de toute forme de données numérisées. Notamment, ces excellentes photos de la halte présidentielles dans la Suite Royale du Sheraton de Los Angeles.

Objectif 4 : Parce qu'on fond d'un bunker anti-atomique du Nebraska les distractions sont rares et les épouses lointaines.

Objectif 5 : Alors exécution !

 
 

  histoire_internet_page2